Union Départementale
     des Sapeurs-Pompiers
 de la Drôme

Visiteurs connectés : 0

Accueil > Actualités > ActuSport > Tourist Trophy (side-cars) : Estelle Leblond, Sapeur Pompier à Mirabel aux (...)

Tourist Trophy (side-cars) : Estelle Leblond, Sapeur Pompier à Mirabel aux baronnies !!!

Estelle Leblon (Pilote) / Sébastien Lavorel (Passager)



Article de www.lequipe.fr du 09/06/2015

Tourist Trophy (side-cars) : Estelle Leblond au zénith !

La pilote française de side-car et son équipier Sébastien Lavorel se sont illustrés dans la première course de la catégorie au Tourist Trophy, lundi (18e). Leur moyenne horaire, calculée d’après celle des meilleurs, leur vaut de cueillir la traditionnelle statuette de bronze. Tout comme l’équipage Rémy Guignard-Frédérique Poux (19e).

Tom et Ben Birchall, vainqueurs de la 1re course. (Photo iomtt.com)


«  Estelle, quel était votre objectif du jour ?
En fait, quand je prends le départ, je ne me fixe pas d’autre objectif que de terminer le tour d’abord, et la course ensuite. Je ne pars pas dans l’optique de forcer ; je n’ai pas assez de bouteille ici (elle en est à sa 3e participation seulement au TT) pour aller plus loin. Pas tout de suite.

Le fait d’avoir des parents side-caristes expérimentés, vous a-t-il aidée ?
Ah oui, c’est sûr ! En tant que pilote, mon père me donne plein de conseils. Et ma mère, qui a été longtemps sa passagère, n’est pas avare de tuyaux pour Sébastien, mon équipier. Je pense que l’expérience qu’ils nous ont déjà fait partager nous a fait gagner quatre ou cinq ans dans notre progression. Quand mon père me dit "tu vas voir, on n’a pas l’impression, mais à tel ou tel endroit, ça peut passer vite", j’y vais en confiance. Je ne passe pas à fond, mais d’emblée, quand même, j’attaque. Ce serait trop bête de couper les gaz, et de le regretter une fois qu’on est dans le virage. Il va aussi m’indiquer tous les petits endroits vicieux de la piste : "là, fais attention, ce n’est pas dans ce passage que tu vas gagner le TT, en revanche tu peux le perdre". Alors on fait gaffe, on évite plein d’erreurs, et tout cela, bout à bout, met en confiance. Quant à ma mère, pareil : elle va par exemple dire à Sébastien "dans tel ou tel virage, tu ne bouges pas". Au début, sur le TT, les équipiers qui n’ont pas l’habitude s’épuisent. Ils en font trop, alors qu’il y a justement des virages où il vaut mieux rester "tranquille", sans quoi on s’expose à perdre de la puissance. Si le passager sort trop du panier, c’est autant de prise au vent. Ce sont des conseils en or que mes parents nous donnent, et ils le font volontiers avec tous les "newcomers" (débutants au TT).

« Pour oser quelque chose, il ne faut jamais se forcer. Il faut que ça vienne tout seul. Naturellement. Et pour mon troisième TT, je sens que ça vient »

Quel est votre plus grosse satisfaction sur cette première course ?
D’avoir gagné presque une minute sur celle de l’an dernier ! Ça, c’est top top top !!! (Elle jubile) Avec l’expérience, il y a plein de choses que je ressens bien, à présent. Je me rends compte par moi-même. Et je sais où je peux encore gagner du temps. Je sais que je peux oser. Les conseils que j’ai reçus se matérialisent de plus en plus. Pour oser quelque chose, il ne faut jamais se forcer. Il faut que ça vienne tout seul. Naturellement. Et pour mon troisième TT, je sens que ça vient.

Et pourtant, cette année, vous n’avez pas eu autant d’essais que prévu...
C’est vrai : à cause du mauvais temps, de la tempête, les concurrents n’ont pu faire que la moitié des entraînements programmés. C’est à dire six tours au lieu de douze. Sept tours au lieu de treize pour les newcomers. Avant de pouvoir rouler une première fois, on a eu trois annulations successives. Je n’en pouvais plus ! Psychologiquement, nerveusement, pour moi c’était dur. Les Anglais prennent ça avec flegme. Mais moi, de ce point de vue, je suis une vraie bonne Française (rire) ! Je n’aime pas les changements, ça me perturbe !!

Vous n’avez pas participé à l’entraînement de lundi soir. Pourquoi ?
Déjà, parce qu’on n’avait pas le temps de réviser la machine. Ensuite, on venait déjà de faire une course et on était KO. Et puis comme ça avait bien marché, on avait bu une bière (rire) ! Non vraiment, je ne me sentais pas prête à repartir pour un tour. Ceux qui auront pris part à ce dernier entraînement sont les newcomers, et ceux qui ne s’étaient pas qualifiés pour la première course. Les organisateurs nous ont offert à tous cette possibilité, libre à chacun de faire ce qu’il voulait. Autant consacrer ce temps-là à la machine, à sa révision, à sa préparation pour la course de mercredi. »

Résultats
1. Birchall/Birchall (GB, Honda), 3 tours en 58’39"776 ; 2. Holden/Sayle (GB, Honda) ; 3. Conrad Harrison/Aylott (GB, Honda) ;... 18. Estelle Leblond/Lavorel (Suzuki) ; 19. Guignard/Poux (Honda) ;... 28. Montagnier/Vasseur (Kawasaki) ; 29. Mansuy/Farnié (Suzuki) ; 30. Barbier/Debroise (Suzuki) ; etc.


A. G. à l’Ile de Man (www.lequipe.fr)